tao-et-systemieDes textes sacrés du Tao et du Yi King aux constellations familiales d’aujourd’hui

à partir d’une conférence donnée en octobre 2008 par Idris Lahore
par Coline d’Aubret, médiatrice en constellations systémiques

 

Les constellations systémiques, familiales, professionnelles et spirituelles modernes font beaucoup parler d’elles. Elles impressionnent et sont très efficaces quand elles sont menées dans un état d’esprit juste fait de respect et d’humilité. Elles sont certainement une des professions les plus efficaces d’aide à la personne, surtout si elles sont menées en collaboration avec d’autres professionnels de la relation d’aide (médecins, psychothérapeutes, coaches, etc.). Certains considèrent ces pratiques comme “nouvelles”, alors qu’elles prennent leurs racines dans de très anciens textes sacrés redécouverts et adaptés au monde d’aujourd’hui, notamment par Bert Hellinger, père des constellations dites “classiques modernes”.

Définition

Les constellations ne sont pas une histoire de mystiques, mais touchent directement au fonctionnement des êtres et des mondes. Voici ce que nous dit Idris Lahore, lui-même formé dans une double tradition : celle du taoïsme chen yen et celle des derviches préislamiques descendant des rishis de l’Inde ancienne :

Les constellations familiales sont une méthode pour nous aider à trouver une solution, ou une meilleure solution, à une souffrance ou à un trouble, que ce soit une maladie corporelle ou un problème psychologique, relationnel, familial, ou encore un problème au niveau professionnel, social, ou spirituel.Une personne choisit des représentants pour les membres de sa famille et les place dans l’espace en relation les uns avec les autres. Ces représentants vivent des sensations, émotions, pensées, impulsions au mouvement, qui appartiennent aux personnes qu’elles représentent, sans pourtant rien connaître d’elles. Ils sont pris par la même force, le même mouvement de l’âme, le même champ morphique qui, dans la vie ordinaire, anime les personnes représentées.Ce travail, effectué en groupe, parfois en individuel, sous la conduite d’un constellateur ou médiateur, permet de mettre en évidence les dynamiques cachées dans un système humain, à l’origine de souffrances physiques ou psychologiques. Puis il est proposé au système une solution meilleure, afin de réparer les blessures commises par certains de ses membres (dont certains sont morts il y a des décennies) et qui se répercutent sur leur descendants aujourd’hui. ”

 

Mieux qu’une science : une réalité visible et vérifiable depuis la nuit des temps

La science actuelle veut nous montrer la vérité de ce qui est. Le seul problème est que cette vérité scientifique change tous les trois jours, ou tous les trois ans, au fur et à mesure des nouvelles découvertes. La science et les techniques évoluent, et ne peuvent pas exprimer de vérité absolue, même si c’est ce que veulent nous faire croire les médias, conditionnant ainsi les grandes masses populaires. Il en va de même pour les religions. Pendant long- temps, les catholiques par exemple ont affirmé que la Terre était plate et malheur à celui qui osait dire qu’elle était ronde… La spiritualité n’énonce la vérité à personne, elle peut proposer parfois un chemin pour y accéder, mais ce chemin de recherche est nécessairement toujours individuel. Les constellations telles qu’elles sont pratiquées aujourd’hui ne sont pas une “science” dans ce sens qu’elles ne sont pas le fruit d’une réflexion scientifique élaborée à partir d’hypothèses vérifiées en laboratoire. Les constellations sont beaucoup mieux encore : elles s’appuient sur l’expérience éprouvée depuis des milliers d’an- nées par des hommes et des femmes de toutes nations, de toutes traditions. Elles ne sont que la mise en évidence de ce qui existe dans tous les systèmes, et que chacun peut vérifier par lui-même. Et ce fil conducteur relie tous les peuples, au-delà du temps et de l’espace, sans que rien ne puisse le remettre en cause, pas plus que l’on ne peut nier le rythme des saisons, la Lune et le Soleil qui SONT, simplement.

 

Les ordres de l’Amour

d’après Bert Hellinger

Les systèmes, familiaux ou autres, sont ré- gis par un certain nombre de principes immuables, dont voici les principaux : Principe d’appartenance : une personne ne peut pas être exclue d’un système, sans que ce système soit blessé et que des membres de ce système en subissent des conséquences. C’est le principe de l’amour qui inclut nécessairement toujours tout.

Principe du rang et de l’ancienneté : non seulement chacun a le droit d’avoir une place dans un système, mais chacun a même une place très pré- cise, en général liée à l’ancienneté. Quand une personne veut prendre ou prend la place d’une autre, il en découle toujours toutes sortes de problèmes, que ce soit dans les familles, dans la profession ou entre les nations. Principe de l’équilibre entre donner et recevoir : ceci est un principe d’ordre spirituel et il s’applique à toutes les formes de relations : matérielles, émotionnelles, intellectuelles…

Un déséquilibre entre ce qui est reçu et ce qui est donné conduit toujours à des perturbations systémiques. L’un des plus grands mérites de Bert Hellinger est d’avoir remis en lumière l’importance extrême du respect de ces principes. Mais d’où viennent ces connaissances ? Nous les retrouvons aussi bien chez les grands mystiques soufis qu’en Chine, et notamment dans le célèbre Tao Tö King, de Lao Tseu, et le non moins célèbre traité du Yi King, qui décrit les états du monde et son évolution.

Une science universelle Citons quelques passages du dernier livre de Bert Hellinger, “Die Liebe des Geistes” “L’amour de l’esprit” ; c’est ainsi qu’il nomme son propre enseignement : “Il s’agit d’une science universelle des ordres qui régissent les relations humaines, d’abord dans la famille – donc les relations entre l’homme et la femme, puis entre les parents et les enfants – y compris dans leur éducation. Cela conduit aux règles qui agissent dans le travail, dans la profession, dans les organisations, jusqu’aux règles dans des groupes plus larges, comme par exemple les peuples et les cultures.”

Si nous ouvrons le Yi King, qui date du 6e siècle avant Jésus-Christ (traduction d’Idris Lahore), le parallèle est saisissant : “La famille manifeste les lois qui règnent à l’intérieur de la maison, lois qui, appliquées au monde extérieur, maintiennent également en ordre la cité et l’Univers.” “Trois des cinq relations sociales ont leur place à l’intérieur de la famille. Celle des parents et des enfants, c’est l’Amour. Celle de l’homme et de la femme, c’est l’équilibre. Celle de l’aîné et du cadet, c’est le rang.” On retrouve là les trois principes fondamentaux du travail de constellations familiales. Mais poursuivons : “La famille est la cellule initiale de la société. De telle sorte que dans un cercle étroit, se trouve créées les bases à partir desquelles ces principes seront ensuite appliqués aux relations humaines en général. La famille doit constituer une unité.” “L’homme et la femme se conforment aux grandes lois de la nature en prenant leur juste place. Quand le père est vraiment père, et le fils vraiment fils, quand le frère aîné tient comme il faut sa place de frère aîné et le cadet, celle du cadet, quand l’époux est vraiment époux et l’épouse vraiment épouse, alors la famille est en ordre. Lorsque la famille est en ordre, toutes les relations sociales de l’humanité s’ordonnent à leur tour.”

Nous savons à quel point, dans nos sociétés, les familles sont en désordre, et si nous com- prenons vraiment les grands principes énoncés ci-dessus, nous ne pourrons plus nous étonner du désordre écologique, du désordre économique et bancaire, sans parler des conflits entre les personnes et les nations, évidemment…

 

Philosophie taoïste et mouvement de l’Esprit

Les maîtres taoïstes chinois disent : “L’Esprit, c’est le monde spirituel en nous, dans notre cœur; il nous conduit et nous protège, et nous devons le protéger”. Les deux aspects sont très importants pour bien comprendre les problèmes systémiques en relation avec l’esprit. Cette citation est tirée du Huang Di Nei Jing, qui ne date pas d’il y a 700 ou 800 ans avant JC. Ce traité, qu’on attribue au mythique Empereur Jaune, date en effet d’environ 2800 à 3000 ans avant JC ! Pour les Chinois de cette époque, l’es- prit est le monde spirituel, ou un fragment du monde spirituel, dans le cœur d’un homme. Ce monde spirituel, disent-ils, conduit et protège l’homme, et l’homme doit le protéger. L’idée est la suivante : lorsque l’esprit individuel n’habite plus dans le cœur de l’homme, parce que l’homme ne l’a pas protégé, un autre esprit s’introduit. Ce que les Chinois de l’époque appellent un autre esprit, c’est ce que nous appelons dans les constellations une “intrication”.

Nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes dans notre cœur ; autre chose, un autre esprit est en nous. Quand les maîtres taoïstes, dans leur langage ancien, disent qu’un autre esprit est dans votre cœur à la place de votre esprit, ceci signifie simplement : tu n’es plus toi-même. Comme quelqu’un qui est en colère : il n’est plus lui- même, il est dominé par l’esprit de la colère, ou par la colère tout simplement.

 

Médecine chinoise et constellations familiales En médecine chinoise, tout est énergie. Par- fois, dit-elle, sous l’influence par exemple d’un traumatisme, d’un choc, d’une frayeur, la personne se resserre en elle-même et c’est comme si elle expulsait une énergie hors d’elle-même, parce qu’il n’y a plus assez de place dans cette contraction. C’est comme si, ensuite, cette énergie était à l’extérieur de soi. Les maîtres taoïstes pensent aussi que quelqu’un d’autre peut entrer en contact avec cette énergie à l’extérieur d’une autre personne. Ce peut être n’importe qui, mais ce peut sur- tout être un descendant de la personne qui a subi ce traumatisme. Pour utiliser un langage plus moderne et psychologique, la personne qui a subi ce choc a fait ce qu’on appelle une dissociation, et c’est comme si cet élément d’elle-même, mais sorti d’elle-même, conti- nuait à vivre… et une autre personne l’intègre à son propre psychisme.

Dans la pratique d’un certain type de constellations familiales et systémiques, on va rechercher ces énergies, qui ont été mises à l’extérieur de certaines personnes, et qui sont donc à l’intérieur d’autres personnes : on les fait sortir de celles qui sont comme squattées, possédées par cette énergie qui leur est étrangère. Au Moyen-Age, on par- lait de démons, les Chinois parlent d’énergies ou d’esprits. De façon plus moderne, on dirait qu’il s’agit d’une information, qui normale- ment existe en quelqu’un, mais qui peut être passée à quelqu’un d’autre. Et comme toute information, elle peut avoir une action.

Regardons le modèle de la médecine traditionnelle chinoise et des maîtres taoïstes qui sert de base aux constellations familiales d’aujourd’hui : d’une part, la famille, les ancêtres, la spiritualité et, d’autre part, les maladies, les accidents aussi, les problèmes familiaux et relationnels, les problèmes de couple, les problèmes professionnels d’échec ou de réussite… Nous voyons que tout est mouve- ment de l’Esprit. Tout est mouvement. Nous connaissons le signe du Tao.

Le Yin et le Yang, le Féminin et le Masculin, tout est animé d’un mouvement qu’on appelle le Qi, ou Chi, l’énergie. L’idée des Chinois est que l’esprit, en descendant des mondes spirituels vers le monde terrestre, traverse d’abord l’âme de l’humanité. Il passe ensuite à travers la lignée des ancêtres, où il contacte l’âme de ces ancêtres, puis il passe à travers sa famille, plus proche. Il entre en- suite dans un corps physique préparé par la mère et par le père. Mais toutes ces “couches” qu’il traverse laissent une empreinte en lui. Nous parlons ici des esprits, mais en langage plus moderne, encore une fois, la physique quantique parlerait d’informations.

L’esprit ou l’information entre en contact avec une autre information, par exemple celle que les psychologues appellent l’inconscient collectif de l’humanité. Cette information, qui met son empreinte dans un corps physique, a été marquée par d’autres informations. L’esprit d’un être humain n’arrive pas vierge dans le corps. Aujourd’hui, la science génétique le sait, même si elle l’attribue tout simplement à de la matière… mais les constellations nous prouvent le contraire. Tout ce qui vient d’être dit se vérifie lors du travail systémique.

Conclusion

Si nous pouvons bénéficier aujourd’hui du très beau travail qu’offrent les approches systémiques, n’oublions jamais qu’elles ne sont que l’adaptation moderne d’une sagesse millénaire, qui n’a pas pris une ride et qui s’applique à tous les systèmes vivants de notre monde, du plus petit (la cellule) au plus grand (le système planétaire). Ceci nous invite, comme nous le faisons dans les constellations, à nous incliner devant ce qui nous dépasse avec gratitude et respect.

 

Coline d’Aubret médiatrice en constellations systémiques à partir d’une conférence donnée en octobre 2008 par Idris Lahore
Pour en savoir plus www.constellations-lahore.com
coline.daubret@wanadoo.fr

 Pour lire le magazine complet